En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et des boutons de partage de contenus vers les réseaux sociaux.

Suivez-nous

Mariage avec contrat

 
 
Différents types de contrat 
 
Choix du régime 
Concernant les biens du couple, les futurs époux ont deux possibilités : 
  • ·         être soumis au régime de droit commun, appelé régime de la communauté réduite aux acquêts (ils n'ont aucune formalité à accomplir), 
  • ·         choisir un autre régime par un contrat de mariage établi devant un notaire. 
 
Régimes de contrats de mariage 
Il existe quatre régimes de contrats de mariage : 
  • ·         la communauté réduite aux acquêts avec aménagements, 
  • ·         la communauté universelle, 
  • ·         la séparation de biens, 
  • ·         la participation aux acquêts. 
 
Régime de la communauté réduite aux acquêts avec des aménagements 
Les époux peuvent, par contrat, modifier certaines clauses du régime légal de la communauté réduite aux acquêts, par exemple convenir qu'en cas de décès de l'un des époux, l'autre hérite en totalité des biens de la communauté. 
 
Régime de la communauté universelle 
Les biens, meubles et immeubles, présents et à venir, des époux sont communs. 
Echappent toutefois à ce régime : 
  • ·         tous les biens à caractère personnel (vêtements et linge), 
  • ·         les instruments de travail nécessaires à la profession de l'un des époux, sauf s'ils dépendent d'un fonds de commerce faisant partie de la communauté. 
 
Régime de séparation de biens 
Les époux conservent l'administration, la jouissance et la libre disposition de leurs biens personnels. 
A défaut de convention contraire, ils contribuent aux charges du mariage en fonction de leurs ressources. 
 
Régime de participation aux acquêts 
Pendant la durée du mariage, ce régime fonctionne comme si les époux étaient mariés sous le régime de la séparation de biens. 
A la dissolution du mariage, l'époux qui s'est le moins enrichi a droit à une créance de participation égale à la moitié de la différence existante entre la valeur des deux patrimoines de chaque époux acquis pendant le mariage. 
 
Coût du contrat 
 
Montant des frais 
Ils dépendent de l'importance et de la nature des biens meubles ou immeubles qui sont mentionnés dans le contrat. 
Dans tous les cas, les époux doivent s'acquitter : 
  • ·         des frais d'établissement du contrat de mariage ou de la convention modificative par le notaire, 
  • ·         des frais de procédure et de publicité, 
  • ·         un droit fixe de 125 EUR  ,  
  • ·         des frais de notaire et de la rémunération de l'avocat. 
 
Frais supplémentaires pour un contrat avec apport 
S'ils apportent un bien mobilier, les frais sont proportionnels au montant de l'apport (le pourcentage varie de 0,275 % à 1,666 %). 
Il faut compter des frais supplémentaires en cas d'apport immobilier ou de fonds de commerce. 
 
Coût en cas de changement de contrat 
Lorsque les époux adoptent un régime dit communautaire (que ce soit le régime de communauté légale ou de communauté universelle), le couple est exonéré :  
  • ·         du droit fixe de 125 EUR   ,  
  • ·         et de la taxe de publicité foncière de 0,60 % lorsqu'elle est exigible. 
En revanche, le salaire dû, le cas échéant, au conservateur des hypothèques reste exigible. 

Etablissement du contrat
 
Procédure à suivre 
Le couple doit s'adresser à un notaire.  
Le contrat doit être passé avant le mariage. 
 
Changement ou modification du contrat 
Après deux années d'application du régime matrimonial, les époux peuvent conjointement changer ou modifier certaines clauses de leur contrat de mariage, dans l’intérêt de la famille. 
L'intervention d'un notaire est nécessaire. 
Les personnes qui avaient été parties dans le contrat modifié et les enfants majeurs sont informés personnellement, par lettre recommandée avec demande d'avis de réception, de la modification envisagée. 
Les créanciers sont également informés de la modification envisagée, par la publication d'un avis dans un journal d'annonce légale. 
 
Cas particuliers 
Si le couple ou l'un des futurs conjoints est mineur, il ne peut passer seul son contrat de mariage. Il doit être assisté de ses parents. 
 
Cas d'homologation par le tribunal 
L'acte est soumis à l'homologation du tribunal de grande instance du domicile des époux lorsque : 
  • ·         l'un des époux a des enfants mineurs, 
  • ·         ou les personnes qui avaient été parties dans le contrat modifié, les enfants majeurs et les créanciers s'opposent à la modification (dans un délai de 3 mois). 
La procédure d'homologation devant le tribunal nécessite d'être représenté par un avocat. 
 
Pour toute information il convient de  s'adresser à un notaire.